Camembert et Science-Fiction

a Mortain

Les plumes des jours

Voici le court-métrage présenté lors de la restitution de nos six semaines de résidence d’architectes à Mortain, encadrées par la Maison de l’architecture de Basse-Normandie.

Chaque projection était suivie d’une présentation des thématiques abordées dans le court-métrage et de moments de réflexions et débats, présentés ci-dessous. 

Nous remercions tous ceux qui ont participé de près où de loin à la réussite de ce film !

Les Plumes Des Jours from Collectif Etc on Vimeo.

_

image

7:00 Habiter Mortain, VILLE OU VILLAGE ?

Le principal trait de Mortain que nous avons choisi de représenter à travers tout ce court-métrage, ce visage à la fois réel et rêvé, est celui d’une ville & village, entre urbain & rural, avec ses pleins & vides.

Un histoire de contrastes à tous les sens du terme !
Et par cette première partie, la question d’habiter, dans un centre-ville de campagne. Deux générations voisines, l’une s’éveille dans un logement collectif avec vue sur paysage rural, l’autre dans une petite maison typique, entourée de trois routes.

Cette séquence fait aussi écho à une réflexion plus large sur l’image que nous pouvons avoir d’un habitat rural : isolé entre deux champs, avec un jardin attenant et des stationnements à ne plus savoir qu’en faire. Or cette image n’est pas représentative de toute une offre d’habitat qui rencontre aujourd’hui certaines difficultés à attirer de nouveaux habitants : les centres-bourgs, les centres-villes, les down-town. C’est avoir des voisins proches, des commerces de proximité, c’est se garer un peu plus loin que sur le pas de sa porte, c’est aménager quelques jardinières sur son trottoir, c’est habiter la ville. Et la campagne, en même temps !

De plus, le cas particulier de Mortain s’appuie encore un peu plus sur ce double-visage ville-village : Mortain est un village qui double sa population entre neuf et dix huit heures chaque jour, grâce aux écoles, collèges, lycées, hôpital, et la scoop de l’Acome. C’est donc administrativement un village la nuit, et une ville le jour.

_

image

8:00 Comment s’impliquer dans la vie du bourg, lorsqu’on ne réside pas à Mortain ?

Ces migrations quotidiennes, ce ballet de bus, voitures, étudiants, orchestré au rythme de la sonnerie des classes, sont un spectacle à observer matin ou soir. On afflue de tous les villages alentours, et même de plus loin. Tous ces gens vivent donc à Mortain chaque jour, sans y habiter. Ils sortent généralement peu de la cité scolaire, de leur entreprise … et ne se sentent pas concernés par la vie mortainaise. Pourtant, même s’ils ne sont pas administrativement des habitants à proprement parler, ils font néanmoins partie de la population mortainaise, et pour certains depuis des années.

_

image

10:00 Comment soutenir les commerces et les services de proximité ?

Dans cette séquence, une nuagerie s’installe à Mortain, à côté d’une nouvelle patinoire et d’un charcutier/tailleur. Ces commerces imaginaires voudraient pointer du doigt de nouvelles stratégies pour re-dynamiser des commerces de centre, de la pluri-activité ingénieuse, à l’imagination de nouveaux usages ou besoins locaux …?

Actuellement à Mortain, excepté peut-être banques ou assurances, beaucoup de commerces sont vacants. On se demande alors comment un commerce de proximité rivalise aujourd’hui avec une grande surface installée en périphérie. Pourquoi achète-on encore son pain à la boulangerie ? Pourquoi choisir de soutenir son village et ses commerçants ? Peut-être pour la convivialité, pour les bonnes odeurs, pour les discussions … ou pour une question de produits, de leur qualité et de leur histoire ? Et si l’on mixait davantage les types d’activités dans les centres ? En incluant des activités associatives par exemple, pour soutenir les commerces existants, au lieu de les installer en périphérie.

_

image

12:00 Comment tirer parti de la proximité avec la campagne ?

Mortain se situe dans une région d’élevage, et il n’y a peu de place autour pour l’agriculture, vu le relief environnant. A deux pas la campagne est exceptionnelle avec ses cascades et ses rochers. Elle empêche aussi la ville de trop s’étaler.
Le contraste entre ville et campagne est bien marqué, et ces deux mondes sont proches : les moutons dans un champ sont à 10 min du kebab en centre ville. Et si l’on court-circuitait davantage ?
Comment encourager le développement de ces circuits-courts ? Aujourd’hui à Mortain, certains producteurs préfèrent s’adresser aux grandes surfaces, pour des questions pratiques et de normes. Et lorsque nous avons voulu tourner cette scène du supermarché que nous avions imaginée aseptisée et anonyme, nous avons été surpris d’y découvrir une jolie convivialité en ce samedi matin.

_

image

16:00 Quelle place pour les piétons à l’heure d’une utilisation excessive de la voiture ?

Les images du télésiège traversant Mortain est une idée originale donnée par des élèves de cinquième lors d’un atelier au collège. Cette question, de la place des piétons dans la ville, est pour nous au cœur de la mutation des centres-bourgs ruraux, au cœur de la transformation des espaces publics. Aujourd’hui, la voiture occupe une grande place dans nos quotidiens : nous l’empruntons pour nous rendre à notre travail, pour aller faire nos courses (dans les grandes surfaces), même pour faire de petits trajets. Nous les garons généralement devant chez nous, sur des trottoirs, où sur des parkings collectifs. Nous ne nous croisons plus par hasard en passant devant la terrasse d’un café. Nos espaces piétons et publics sont maintenant pensés d’abord pour les voitures !

_

image

18:00 Comment ouvrir à un public plus large les loisirs et activités locales ?

Le centre-ville semble désert alors que dans les coulisses c’est l’effervescence !
Nous avons été étonnés par les avis opposés sur Mortain : il y a l’air de s’y passer beaucoup de choses notamment avec le cinéma, l’école de musique, la danse et toutes les activités sportives, mais on nous répète qu’ «il ne se passe rien». Est-ce un manque de communication, ou des publics qui ne se sentent pas touchés par ces activités ?

Nous avons fait l’expérience en s’installant chez Camille boutique, un commerce vacant sur la Grande rue, de créer une activité avec vitrine sur rue. Les gens s’arrêtaient par curiosité et nous avons rencontré de nombreux passants. La densité des bâtiments dans le centre et le nombre croissant de bâtiments vident offrent ce genre possibilité : que faire avec ce potentiel ? 

La forme du centre ville favorise des actions plus urbaines, plus denses, avec des lieux de regroupements, qui permettent la communication directe, et qui rendent visible toute mobilisation.

_

image

Où s’arrêtent les frontières de Mortain ? Et qui sont les Mortainais ?

Les personnes concernées par ce qui se passe à Mortain ne résident pas forcément à Mortain.
La ville est dépendante de son réseau de villes voisines, et il est important de penser le système politique en lien avec les nouvelles limites d’une urbanisation “diffuse”. Le regroupement des communes va dans ce sens : il permet en effet de mutualiser et de développer des complémentarités entre les villes.

Mais à l’échelle locale ? Que se passe-t-il ? Comment les montages de projets peuvent-ils sortir des huis clos ? Comment impliquer plus largement tous les habitants de Mortain dans son devenir ?

_

A vous de jouer maintenant !
Et pour les remarques : contact@collectifetc.com !

Restitution

Merci à tous ceux qui sont passés nous voir pendant ces trois jours de restitution !

Le film “les plumes des jours” sera en ligne avant la fin de la semaine.

Les plumes des jours

image

Dernières heures avant la projection publique du court-métrage “Les plumes des jours”, notre regard sur Mortain durant cette résidence.

Et c’est à 18h, à Camille Boutique !

-C’est l’histoire d’une ville qui a plein d’histoires mais qui va s’en inventer encore plein d’autres.
- C’est une histoire d’ouverture, de dérive, et d’envols.
- De camembert et de science-fiction

Ca tourne en direct du kebab !

Ca tourne en direct du kebab !

J-2

J-2 avant la projection du court-métrage !

On enregistre les derniers plans, on monte le tout, on anime les maquettes, on tend l’oreille, et on trouve un titre à notre film.

image

image

image

image

image

Nous vous invitons donc à nous retrouver ce jeudi 11 avril à partir de 18h chez Camille Boutique (au n°4 de la Grande rue) pour une projection suivie d’un moment d’échange et d’un pot de l’amitié !

L’atelier sera également ouvert au public et aux classes de la cité scolaire vendredi 12 de 9h à 18h, ainsi que samedi 13 de 10h à midi.

On compte sur vous !

Effets spéciaux aquatiques_la suite.

Retrouvons-nous Jeudi 11 Avril à 18H pour la projection du court-métrage !

On tourne !

Silence, ça tourne !

Commençons par une nouvelle tentative de prise de vue aérienne à l’hélium : nouvel échec à cause du vent cette fois ! Plan B, un travelling depuis le toit du collège faisant face à l’internat.

image

image

image

Puis rendez-vous chez Georgette pour la scène suivante : les petits plats dans les grands et les plus belles serviettes de table.

image

image

Pendant ce temps, Antony monte la bande originale du court métrage à partir d’enregistrements 100% locaux, et Benjamin et Emmanuelle font quelques tests d’effets spéciaux aquatiques.

image

image

Il faut aussi qu’on vous présente Camembert, et Science-Fiction, deux de nos actrices principales du court-métrage. Et le début de la maquette du “Grand Mortain” !

image

image